BSI MAP : Exposition commerciale au protectionnisme américain

L'éléction de Donald Trump à l'élection présidentielle aux Etats-Unis laisse craindre une montée du protectionnisme dans le monde en 2017, ce qui provoquerait alors une contraction des échanges internationaux. Si on se fie aux déclarations du nouveau Président américain, la hausse des tarifs douaniers devraient concerner les pays avec des bas coûts de production, donc davantage des pays émergents, notamment le Mexique et la Chine. En moyenne, la part moyenne des exportations d'un pays vers les Etats-Unis dans le total de ses exportations était de  12 % entre 2010 et 2015 (avec de fortes disparités selon les régions : 6,4 % en Europe, 9,4 % en Afrique, 12,3 % en Asie et 25,2 % sur les deux continents américains).

En dehors du Mexique (avec près de 79 % de ses exportations vers les Etats-Unis), plusieurs pays d'Asie devraient patir du protectionnisme américain : Sri Lanka (24 %), Viet Nam (18,8 %), Philippines (14,6 %) ou encore la Chine (12,2 %). D'autres pays, au contraire, n'ayant qu'une faible exposition de leurs exportations aux Etats-Unis, ne devraient pas en subir des conséquences directes, à l'instar de la Russie (2,4 %) ou de plusieurs pays africains (Tunisie, Ghana, Ethiopie par exemple). Cependant, d'autres éléments seront également déterminants (taux de change,  spécialisation des pays, cours des prix des matières premières, etc.) pour les pays émergents afin d'évaluer les performances ou les contre-performances de leurs exportations en 2017; dès lors le protectionnisme américain, s'il a lieu, ne pourrait être le seul facteur explicatif.

V.L.