Les US votent Trump, les marchés la réflation (Policy Brief)

Les US votent Trump, les marchés la réflation

Dans la chronique du 2 septembre 2016 sur BSI Economics était évoquée une question cruciale pour les investisseurs: sommes-nous dans un scénario de Goldilocks, de Reflation, de Fat & Flat ou de Stagflation?

(1) Un scénario de Goldilocks conduirait à une hausse de l'activité sans hausse des taux obligataires conduisant les marchés actions à s'apprécier. Les actifs émergents, les valeurs cycliques et celles plus volatiles surperformeraient. (2) Un scénario de Réflation verrait également l'activité s'améliorer mais avec une hausse des rendements obligataires, une amélioration des bénéfices et donc une hausse des marchés actions. Les cycliques et les banques surperformeraient les valeurs défensives. (3) Un scénario de Fat & Flat caractérisé par une croissance modérée, des bénéfices atones et des rendements obligataires au plus bas. Sectoriellement, les banques et les cycliques sous-performeraient les défensives. (4) Un scénario de Stagflation qui mènerait à une forte poussée de l'inflation et des rendements mais sans rebond de l'activité. Les matières premières gagneraient du terrain, les émergents sous-performeraient les marchés développés.

L'élection présidentielle américaine a donné son verdict. Il s'agirait d'un scénario de Réflation conduisant à des réallocations d'actifs positives pour les marchés actions.

Le choix de Donald Trump serait positif pour l'économie américaine avec davantage de croissance économique obtenue par une baisse des taxations sur les entreprises et une hausse des dépenses en infrastructures. Du Fiscal easing que le marché attendait, non seulement aux Etats-Unis où la part des dépenses fédérales dans le PIB a drastiquement diminué ces dernières années, mais aussi anticipé au Japon, en Europe et au Royaume-Uni.

Le programme économique du candidat élu porte aussi son lot d'incertitude avec la remise en question d'accords commerciaux avec certains pays du Pacifique, le Canada, le Mexique ou l'Union Européenne. La mise en place de taxes sur les produits importés chinois pourrait autant créer d'inflation importée que ralentir la croissance des exportations chinoises et donc l'activité de l'ensemble des émergents en Asie. La taxe sur les produits importées concernerait également le Mexique. L'optimisme des investisseurs se fonde sur deux analyses. La première est de considérer que le regain de demande intérieure est en absolu plus important pour l'activité américaine que le ralentissement potentiel sur son solde commercial. La seconde est de considérer que plus d'activité impliquerait une normalisation plus rapide des taux Fed Fund et surtout une révision des bénéfices des entreprises américaines.

D'ou deux principales implications sur les marchés ces trois derniers jours.

(1) La révision à la hausse des perspectives de bénéfices rend attractif le marché action américain en dépit d'indicateurs de valorisation élevés. Les secteurs des infrastructures mais également ceux pharmaceutiques ou bancaires - qui profitent des menaces de régulation évoquées par la candidature perdante - profitent de ces conditions financières.

(2) La révision à la hausse des perspectives d'inflation et d'activité accélère la pentification de la courbe des taux souverains, une hausse des rendements obligataires souveraines et une baisse des risques pour le marché du crédit. En somme, les marchés démarrent la ré-organisation de leur allocation d'actifs sur la base d'un scénario de réflation: surpondération actions, crédit, cycliques et Etats-Unis.

BSI Economics est un think tank de réflexion sur l'économie et la finance, créé en 2012, qui contribue à ouvrir et améliorer les débats en mettant au service des décideurs et des citoyens des réflexions indépendantes sur les nouvelles tendances économiques et financières.

BSI Economics met ses contributions multithématiques au service du débat public en sollicitant un réseau diversifié de collaborateurs composé de banquiers centraux, de régulateurs, de conjoncturistes, de chercheurs, de spécialistes sectoriels et de stratégistes en économie.

Dans la même catégorie :

Standard Post with Image

Copie de BSI Talks : Jérôme Powell à la tête de la FED VIDEO

Standard Post with Image

Le capital des banques centrales : comment est-il déterminé ? (Note)

Standard Post with Image

BSI Talks : Jérôme Powell à la tête de la FED VIDEO

Standard Post with Image

BSI Talks : Richard Thaler VIDEO