Les défis de l'industrie de l'acier en Chine (Etude)

Résumé :

·        Les prix des métaux ferreux ne cessent de s'effondrer depuis plusieurs années, le cours de l'acier a chuté 17,4 % sur la période 2015-2016. La surabondance de l'offre et la chute de prix de l'acier sur le marché d'acier international menace l'industrie de plusieurs pays ;

·        La Chine subit la plus grande perte dans le contexte actuel et son secteur de l'acier fait face à d'importants défis, tant au niveau domestique qu'au niveau international ;

·        La surabondance de l'offre favorise une compétition « destructive » sur le marché domestique, le taux d'endettement des entreprises chinoises dans ce secteur étant élevé, et le risque de chômage de masse empêchant la sortie du marché des entreprises zombies1 ;

·        La Chine subit actuellement la pression des mesures anti-dumping adoptées par les Etats-Unis, l'UE et l'Inde. Le prix de l'acier ne devrait pas suivre une tendance haussière étant donnée la faiblesse de la demande internationale et du marché domestique, ou encore les mesures protectionnistes ;

·        La Chine pourrait augmenter la compétitivité de l'industrie de l'acier par une montée de gamme des produits exportés et accroitre la productivité de l'industrie par les innovations et l'utilisation de nouvelles technologies. 

 

 

 

Les prix des métaux ferreux ne cessent de s'effondrer depuis plusieurs années. La surabondance de l'offre sur le marché d'acier international met les industries de plusieurs pays en danger. Pour faire face au bas prix des exportations d'acier chinois, des politiques protectionnistes ont été adoptées par plusieurs pays. Le gouvernement chinois a été accusé d'avoir subventionné les exportateurs chinois, et les Etats-Unis, l'Union Européenne (UE) et l'Inde ont tous adopté les mesures anti-dumping, en augmentant la taxe d'importations ou via la mise en place de taxe compensatoire. Cependant, la Chine subit la plus grande perte, dans le contexte actuel. Le secteur de l'acier, secteur pilier du pays, fait face ainsi à de grands défis au niveau domestique et au niveau international.

 

I. Le contexte général de l'industrie de l'acier

A. La production et le prix de l'acier chinois

Le cours de l'acier et les prix des métaux ferreux ne cessent de s'effondrer depuis plusieurs années. La surabondance de l'offre sur le marché d'acier et l'effondrement du cours de l'acier et menacent l'industrie de l'acier de l'Europe, des Etats-Unis et de la Chine. Après avoir chuté de 17,4 % entre mai 2015 et mars 2016, le prix d'acier a augmenté fortement depuis mars 2016 grâce à la hausse de demande des usines sidérurgiques chinoises, et à l'augmentation des contrats à terme de minerais de fer sur le marché international. En septembre 2016, le prix s'établit à 555 $/tonne sur le marché international.

La production totale de l'acier était de 1 621 millions de tonnes en 2015 et est resté toujours élevée face à la demande sur le marché, malgré tout de même une diminution de 2,9 % par rapport au niveau de 2014. La surproduction dans le secteur de l'acier est une problématique mondiale, et une restructuration de l'industrie de l'acier est nécessaire dans les pays développés comme dans les pays en développement. L'Asie représente 67 % de la production mondiale d'acier en 2015 et 2016, dont la Chine représente la moitié de la production mondiale. La production mondiale a baissé 2,8 % en 2016 par rapport à 2015, la baisse de la production provient principalement de Brésil (14 %), de l'UE (6 %) et à la Russie (4 %).

B. Acier chinois et commerce international

En 2015, la production totale de l'acier chinois a atteint 804 millions de tonnes, avec une baisse de 2,3 % par rapport à 2014. Les exportations de l'acier chinois ont augmenté 19,9 % par rapport au niveau de 2014, 112 million tonnes qui représente 14 % de la production totale domestique. La Chine exporte de l'acier vers 210 pays dans le monde entier, et l'exportation vers les dix premiers pays représente 50 % de l'exportation totale. Les destinations principales sont la Corée du sud, le Vietnam, la Philippine, l'UE, le Thaïlande, l'Indonésie, la Malaisie, l'Egypte et l'Arabie Saoudite. Les Etats-Unis ne représentent que 1,2 % des exportations totales. Du côté des importations d'acier, elles proviennent principalement d'Australie (64 %), du Brésil (20 %) et de l'Afrique du sud (5 %), 953 millions de tonnes en 2015 avec une augmentation de 2,2 % par rapport 2014. La consommation de l'acier en Chine représente 43,2 % de la consommation mondiale, avec 704 million tonnes en 2015.

Du fait de l'hétérogénéité du niveau de développement économique des différentes régions en Chine, de la transformation du modèle de l'économie chinoise2, ou encore de la construction des nouvelles infrastructures et de bâtiments, la consommation d'acier a tendance à augmenter à long terme. L'urbanisation des régions périphériques et le développement des petites ou moyennes villes sont au coeur des stratégies de développement de l'économie chinoise depuis quelques années et apparaissent donc également comme des éléments à même de stimuler la demande domestique et soutenir la croissance.

 

II. Les impacts de la surabondance de la production d'acier sur l'industrie chinoise

A. La perte subie par les entreprises chinoise

La surabondance dans la production d'acier a fortement impacté l'industrie de l'acier chinois. Les revenus de l'industrie chinoise ont chuté 12,8 % par rapport 2014, et les entreprises chinoises du secteur de l'acier ont subi une baisse de 60 % en moyenne sur leurs bénéfices annuels. La Chine a adoptée des politiques pour réduire les surcapacités de production, l'investissement sur l'industrie de l'acier a chuté 11 % en 2015, et le gouvernement chinois a fixé un objectif d'une réduction de la production de 100 - 150 millions de tonnes pour les 5 prochaines années.

La structure de l'industrie chinoise de l'acier a fortement évolué depuis 2003, la production des entreprises privées représente 50 % en 2015 par rapport à un niveau de 5 % en 2003.

L'industrie de l'acier est un des secteurs piliers de l'économie chinoise, le ralentissement de l'économie mondiale et surtout de l'économie chinoise devraient maintienir des pressions significatives à la baisse sur la demande mondiale d'acier. Etant le plus grand producteur et consommateur mondial, les entreprises chinoises subissent la plus grande perte parmi les principales productrices.

B. Les mesures d'anti-dumping adoptés par les autres pays

La restructuration de l'industrie de l'acier est un grand défi pour le gouvernement chinois. L'Europe et les Etats-Unis ont adoptés des mesures contre les exportations chinoises d'acier, face au risque d'effondrement de leur secteur de l'acier.

Mucor Corp, AK Steel Corp, Steel Dynamics, US Steel, Arcelor Mittal USA, les cinq grands producteurs d'acier américains ont accusé le gouvernement chinois d'avoir subventionné les producteurs et les exportateurs nationaux. Ils ont demandé des mesures pour lutter contre le dumping chinois et ainsi protéger leurs propres intérêts. En mai 2016, une taxe de 522 % est mise en place par l'administration américaine sur le sur les importations chinoises d'acier, le prix d'acier chinois est 5 fois plus élevé que auparavant sur le marché américain. Au contraire, l'Europe adopte une politique anti-dumping moins agressif par rapport aux Etats-Unis, la mise en place d'une taxe compensatoire3 de 10,9 % à 25,2 %.

Les économistes de la Banque Populaire de Chine (PBoC) estiment que la politique américaine a un faible impact sur l'industrie chinoise, les exportations vers les Etats-Unis ne représentant que 2 % des exportations totales. Les prix à l'exportation de l'acier chinois ont augmenté de 19 % face à la réduction de surproduction domestique et aux politiques anti-dumping adoptées par les Etats-Unis et l'Europe.

Selon le ministre adjoint du Commerce, le ralentissement de l'économie mondiale et de l'économie chinoise diminuent fortement la demande de l'acier sur le marché international et sur le marché chinois. C'est la raison fondamentale des surcapacités de production dans l'acier, et il a souligné que la Chine a déjà réduit une capacité de 90 millions de tonnes et qu'elle prévoyait de les réduire encore de 100 à 150 millions de tonnes. Philippe Chalmin, spécialiste des matières premières, estime qu'il existe un nombre très important d'entreprises dans le secteur de la sidérurgie en Chine, et la mise en place des politiques nationales, face à cette industrie, constitue un grand défi pour le gouvernement chinois.

Le soutien des municipalités ou des gouvernements locaux jouent un rôle vital dans la réduction de la production d'acier. L'industrie de l'acier est un secteur prioritaire dans le développement de l'économie locale pour certains gouvernements régionaux, et le taux de subvention peut varier fortement selon les régions.

L'industrie de l'acier chinois affronte un grand défi face à l'accusation de subvention aux exportateurs chinois par Les Etats-Unis et l'UE, mais aussi par les pays en développement comme l'Inde, le Brésil, le Vietnam et l'Afrique du sud. En 2015, 46 investigations d'anti-dumping sont mise en place contre les exportateurs chinois de l'acier, cependant les exportations de l'acier chinois ont augmenté de 8,5 % pendant la période de janvier à juillet 2016 par rapport la même période en 2015.

Selon Chuangxin Li, économiste spécialisé dans l'industrie de l'acier, dans le contexte actuel, les acheteurs sont dans une position dominante, l'augmentation des exportations étant due à la forte compétitivité de l'acier chinois. L'acier chinois est destiné principalement à la satisfaction de la demande domestique, le taux moyen d'exportation sur la production est près de 30 % pour la plupart de pays exportateurs, cependant il est seulement de 15 % pour la Chine. 

 

III. Les défis de l'industrie chinoise de l'acier dans le contexte actuel

A. Les défis du marché domestique

L'industrie chinoise de l'acier affronte également des difficultés en provenance du marché domestique. La surabondance de l'offre forme une « compétition destructive » sur le marché chinois, certaines entreprises étant réduites à vendre leur production à un prix inférieur au coût de revient sur le marché. Le ratio d'endettement dépasse les 70 % pour une grande partie des producteurs. Les entreprises ne peuvent pas « sortir » du marché, dans la crainte de générer un chômage de masse, l'existence d'un grand nombre d' « entreprises zombies » empêchant la relocalisation et la réallocation des ressources (capitaux, main-d'oeuvre) vers les entreprises les plus productives.

La Banque centrale de Chine (PBoC) n'a cessé de baisser le taux d'intérêt depuis février 2015 face au ralentissement de l'économie chinoise (4,35 % le niveau actuel, par rapport à 5,35 % en février 2015). La PBoC libéraliserait également les taux créditeurs pour les banques commerciales et coopératives, ces mesures devant permettre de stimuler l'activité et d'injecter des liquidités. Selon la prévision de l'OCDE, la PBoC pourrait à nouveau baisser les taux avant 2017 afin de stimuler la croissance économique, le niveau estimé pour mars 2017 étant de 3,70 %. Cependant les banques ont ajouté un grand nombre de restrictions face au financement des entreprises de l'acier, et les producteurs d'acier rencontrent tout de même des difficultés de trouver les investissements.

Dans le même temps, la grande ampleur de la dépréciation de yuan en août 2016 (1,9% par rapport à juillet) a eu tendance à alourdir la dette des entreprises chinoises, les entreprises chinoises détiennent au total 1,4 bilions dollars de dettes en devise étrangère en août 2016. Dans le contexte du ralentissement d'économie mondiale et l'économie chinoise et le fort potentiel de la remonte de taux par Fed pourrions accélérer la dépréciation de Yuan au futur. Face à ces défis, le gouvernement chinois a alors adopté des mesures pour accélérer la sortie d'entreprises zombies2 sur le marché local l'acier, principalement par la fusion acquisition et par la sortie définitive des entreprises surendettées, pour renforcer les régulations face à la concurrence destructive sur le marché domestique.

B. Les défis face à l'accélération de la croissance de l'économie indienne

La demande émanant d'Inde pour l'acier a fortement augmenté avec l'accélération de la croissance de l'économie indienne. Ce pays est devenu le cinquième importateur d'acier chinois en 2014 avec une augmentation de la demande de 232 % par rapport au niveau de 2013. Mais à partir de septembre 2014, le gouvernement indien a mis en place des nouvelles politiques (la taxe d'importation a augmenté 2,5 % pour protéger l'industrie domestique contre les exportations chinoises) pour soutenir les industries domestiques et le pays est alors devenu le treizième importateur d'acier chinois en 2015. De plus, avec la Corée du Sud et le Japon, principaux exportateurs d'acier vers l'Inde, la signature du traité des partenaires économiques CEPA entre ces trois nations menace la part de marché des exportateurs chinois en Inde.

Selon l'estimation de la Banque Centrale d'Inde, le développement de projets d'infrastructures et le développement de l'industrie automobile sont en mesure d'accélérer fortement la demande d'acier, sa consommation estimée pour 2017 devrait atteindre 104 million tonnes, avec une croissance 6,8 % par rapport 2016. Le potentiel d'augmentation des exportations d'acier chinois vers l'Inde est incertain face à la croissance de la production indienne, et face à la taxe discriminatoire que subissent les exportations chinoises.

Selon l'analyse de l'UNIDO, le prix bas de l'acier est dû à la production de l'acier de bas de gamme et de moyenne gamme, la compétitivité de la Chine sur l'acier de haut de gamme étant loin d'être au niveau du Japon et de l'Allemagne. La productivité de l'industrie chinoise de l'acier ne représente qu'un tiers ce celle des pays développés comme le Japon, la Corée du Sud ou encore l'Allemagne. L'innovation et le développement de nouvelles technologies dans l'industrie de l'acier est loin d'être au niveau du Japon, et l'augmentation de la demande d'acier de haut de gamme devrait enregistrer une forte hausse dans les prochaines années.

La Chine est dans la phrase de la transition de son modèle économique, l'augmentation du coût de la main d'oeuvre peut s'avérer être un des défis majeurs de l'industrie de l'acier. Cependant, le fort potentiel de la dépréciation de yuan pourrait favoriser les exportations d'acier chinois au futur. L'augmentation de la productivité de l'industrie et l'amélioration de la montée en gamme de l'acier pourraient également être deux stratégies principales pour favoriser l'augmentation de la compétitivité de l'acier chinois au niveau international.

 

Conclusion

Face à tous ces défis, de plus dans un contexte de ralentissement économique, de prix bas et de mesures protectionnistes, la restructuration de l'industrie chinoise de l'acier est vitale pour augmenter la compétitivité face à la concurrence internationale. La Chine devrait rendre plus compétitive cette industrie notamment en s'appuyant sur une montée en gamme des produits exportés et augmenter la productivité de l'industrie avec des innovations et des nouvelles technologies. 

 

1 Les entreprises surendettés et en faillite, qui sont toujours sur le marché grâce à l'aide gouvernementale et au financement par les dettes supplémentaires.

2 Transformation s'appuyant davantage sur la demande intérieure.

3 La taxe supplémentaire destinée aux exportateurs qui sont soupçonnés d'avoir été subventionné par leur Etat.

Avatar

Diplômée de l'Université de Panthéon-Sorbonne et de Paris Dauphine  en économie internationale, Irène est analyste junior à la direction de la stratégie corporate d'Engie. Irène a été économiste à la Banque Populaire de Chine et à Carrefour France, et ses domaines d'intérêt portent essentiellement sur l'économie d'énergie et les matières premières.