Royaume-Uni, migration intra-européenne et flux de revenus

Actualité : Le Royaume-Uni attire les migrants intra-EU, toutes nationalités confondues. Le Royaume-Uni est la deuxième destination des migrants intra-européens derrière l'Allemagne, avec un « stock » de migrants de 2,7 millions en 2013 (soit 4,2 % de sa population), contre 4,1 millions pour l'Allemagne et 2,1 millions pour la France. L'immigration nette des anglais vers d'autre pays Européens n'est positive que dans le cas de l'Espagne. Le nombre d'anglais établis en Espagne, net des espagnols établis au Royaume-Uni était de près de 300 000 en 2013. Cela représente 0,5 % de la population britannique.

Sources : Banque Mondiale, BSI Economics

Le nombre de migrants net de la France vers le Royaume-Uni est l'un des plus importants parmi l'Europe des 28. Le nombre de français (ou plutôt le nombre de français nés en France) vivant au Royaume-Uni, net des britanniques vivant en France, était de 140 000 en 2013. Toutefois, ce sont les polonais qui sont les principaux migrants vers le Royaume-Uni (un stock de migrants net de 620 000 personnes, voir carte ci-dessous), devant l'Allemagne et la France.

Nombre de migrants nets intra-européens vers le Royaume-Uni, 2013

Sources : Banque Mondiale, BSI Economics

Néanmoins, les français sont, de loin, les plus gros bénéficiaires nets des transferts de revenus réalisés par les expatriés entre le Royaume-Uni et la France (+1,5 milliards d'euros en 2015, voir carte ci-dessous). En pourcentage du Produit Intérieur Brut (PIB), cela ne représente que 0,06 % du PIB de la France, contre près d'un demi-point de pourcentage pour les principaux pays d'Europe de l'Est (jusqu'à 1 % du PIB de la Lettonie est issu de revenus envoyés par les migrants lettons travaillant au Royaume-Uni).

Revenus envoyés en 2015 par les migrants européens vivant au Royaume-Uni à destination de leurs pays d'origine

Sources : Banque Mondiale, BSI Economics

Globalement, 0,1 % du PIB de la France est issu des revenus nets envoyés par ses expatriés établis en Europe, principalement au Royaume-Uni, alors que, net des revenus reçus des autres pays de l'UE, 0,25 % du PIB britannique est renvoyé vers d'autres pays européens.

T.D

Référence:

http://www.worldbank.org/en/topic/migrationremittancesdiasporaissues/brief/migration-remittances-data

BSI Economics est un think tank de réflexion sur l'économie et la finance, créé en 2012, qui contribue à ouvrir et améliorer les débats en mettant au service des décideurs et des citoyens des réflexions indépendantes sur les nouvelles tendances économiques et financières.

BSI Economics met ses contributions multithématiques au service du débat public en sollicitant un réseau diversifié de collaborateurs composé de banquiers centraux, de régulateurs, de conjoncturistes, de chercheurs, de spécialistes sectoriels et de stratégistes en économie.

Dans la même catégorie :

Standard Post with Image

Quels ressorts de l'attractivité de l'économie française par rapport aux autres pays de l'OCDE ? (Note)

Standard Post with Image

La Minute BSI Economics : « Les travailleurs qualifiés sont moins touchés par le chômage partiel grâce au télétravail » (Interview)

Standard Post with Image

La Minute BSI Economics : « Toutes les grandes économies soutiennent l'offre de crédit via des programmes de garantie d'Etat » (Interview)

Standard Post with Image

La Minute BSI Economics : « Les institutions internationales seront cruciales pour les émergents » (Interview)