FOMC : 2 hausses pour 2016

Le FOMC a préparé le terrain pour une nouvelle hausse des taux, probablement pour la réunion de juin selon les probabilités du marché (42 % à 19h15). Les attentes étaient doubles ce soir. Il s'agissait (1) d'obtenir plus de précisions sur la balance des risques et la perception du FOMC – susceptible de définir le rythme graduel de hausse des taux évoqué depuis des mois, et (2) d'obtenir de nouveau doplot – les attentes de hausse des taux par chaque membre du conseil.

Lors de ses dernières minutes, la FED avait précisé qu'elle supervisait l'évolution de l'économie et les développements sur les marchés financiers. La principale nouveauté est que la FED a évoqué clairement que ces développements « continuent à poser des risques ».

La conjoncture américaine s'est modérément améliorée. Les acquis précédemment observés sur le marché du travail (taux de chômage à 4,9 %, création nette d'emploi même si concentrée dans les services, payroll en forte hausse - 242 000 en février), couplés à une reprise de l'inflation ont rassuré. En outre, l'inflation CPI Core – hors alimentation et énergie – a été publiée ce jour à 2,3 % (en glissement annuel) pour le mois de février. Un chiffre supérieur donc à la cible de 2 %. La FED porte cependant son attention sur l'indice PCE qui a atteint 1,3 % en janvier. De plus, les dépenses des consommateurs restent en hausse de 2,9 % en janvier et ce, en dépit d'une variation mensuelle nulle en février des ventes de détails, d'un indice de confiance des consommateurs à 92,2 en février contre 98 en début d'année et d'un ralentissement de l'indice du Michigan (91,7 contre 93,3 en janvier). En particulier, les ventes d'automobiles restent soutenues (17,4m de ventes annualisées).

Les tensions sur les marchés financiers se sont atténuées avec la fin des révisions de bénéfices et des ventes massives dans le marché des obligations à haut rendement soutenue par la reprise du cours du pétrole (hausse de 30 % du prix en quelques semaines). Egalement, la baisse du risque de récession à 12 mois aux Etats-Unis (20 % selon le sondage WSJ) a contribué à corriger à la baisse les indicateurs de stress financier (relative contraction des cds notamment bancaire et baisse de la volatilité implicite des indices actions). La FED a également précisé que les anticipations d'inflation par le marché restaient trop faibles en dépit d'une légère amélioration. Ces anticipations restent également perceptibles dans l'évolution des taux obligataires, le 10 ans américain ayant atteint un plus bas à 1,66 % mi-février avant de se redresser à 1,99 % récemment. Le taux « Shadow »*, obtenu par le modèle Yu-Xia sur la base des taux futures montre ainsi une légère mais non suffisante amélioration de cet indicateur pour augmenter le taux ce soir.

Sur ces bases évoquées, le FOMC continuera à superviser l'évolution des marchés. Une démarche assez proche de celle observée en septembre 2015. L'objectif est clairement de préparer et normaliser les anticipations de hausse des taux Fed Fund à moyen terme.

Enfin, les fameux dotplot – qui représentent les attentes de chaque membre du FOMC concernant les prochaines hausses ont été mises à jour, comme convenu sur un rythme trimestriel. Le dernier consensus Macro Network de BSI Economics anticipe 1 à 2 hausses des taux en 2016 (52 %). Le précédent dotplot de la FED anticipait 2 à 3 hausses des taux en 2016. Le nouveau dotplot montre une concentration des anticipations, notamment sur la fourchette 0,75-1,00 % qui représente plus de 50 % des anticipations alors qu'aucun range n'obtenait la majorité en décembre 2015. Des révisions des Présidents de la FED de Cleveland (Mester), Kansas City (George) pouvaient être attendues – ces derniers anticipaient en décembre 5 à 7 hausses de taux – ce qui restait excessifs. En revanche, la déception de la FED de Chicago dans le Beige Book (Evans) sur les dépenses de consommation laissait la porte ouverte à un vote « faiblement hawkish » qui se serait aligné sur les intentions de Brainard, Tarullo et Dudley (Fed de New York) avec 2 hausses des taux en 2016. Yellen a pu réviser son anticipation – représentative du Board du FOMC - à la baisse en anticipant des taux à 0,75-1,00% fin 2016.

Taux anticipés en fin d'année :

0.50 – 0.75 : 1 anticipation en mars 2016 contre 0 en décembre 2015

0.75 – 1.00 : 9 anticipations en mars 2016 contre 4 en décembre 2015

1.00 – 1.25 : 3 anticipations en mars 2016 contre 3 en décembre 2015

1.25 – 1.50 : 4 anticipations en mars 2016 contre 6 en décembre 2015

1.50 – 1.75 : 0 anticipation en mars 2016 contre 2 en décembre 2015

1.75 – 2.00 : 0 anticipation en mars 2016 contre 0 en décembre 2015

2.00 – 2.25 : 0 anticipation en mars 2016 contre 1 en décembre 2015 

BSI Economics est un think tank de réflexion sur l'économie et la finance, créé en 2012, qui contribue à ouvrir et améliorer les débats en mettant au service des décideurs et des citoyens des réflexions indépendantes sur les nouvelles tendances économiques et financières.

BSI Economics met ses contributions multithématiques au service du débat public en sollicitant un réseau diversifié de collaborateurs composé de banquiers centraux, de régulateurs, de conjoncturistes, de chercheurs, de spécialistes sectoriels et de stratégistes en économie.

Dans la même catégorie :

Standard Post with Image

La réponse de la Banque Centrale Européenne au Coronavirus (Note)

Standard Post with Image

La soutenabilité des garanties de crédit aux entreprises après la crise du coronavirus (Note)

Standard Post with Image

La monnaie Par, le « bitcoin populaire » argentin (Note)

Standard Post with Image

La monnaie Par, le « bitcoin populaire » argentin