? Pourquoi ces pics sur l'EONIA à la fin de chaque mois ?

A la fin de chaque mois, on peut observer un phénomène récurrent sur le marché interbancaire au jour le jour (le marché sur lequel les banques se prêtent des liquidités entre elles pour une journée): les taux d'intérêts pratiqués augmentent brutalement. Cela se reflètent dans l'EONIA, qui est une moyenne des taux pratiqués sur ce marché (graphique ci-dessous). Pourquoi ces mouvements ?

Ces mouvements sont en fait dus aux contraintes infligées par la banque centrale aux banques en ce qu'il s'agit de la gestion de leurs liquidités. Plus particulièrement, c'est le système des réserves obligatoires qui est en cause ici. Chaque mois, les banques doivent avoir une certaine quantité minimale de liquidités sur leur compte courant (le compte qu'elles ont à la banque centrale, de la même manière que vous avez un compte à votre banque commerciale). Cette quantité minimale, c'est ce que l'on appelle les réserves obligatoires.

L'exigence en terme de réserves obligatoires porte sur le niveau moyen de liquidités qu'a une banque sur son compte courant durant le mois. Par exemple, la banque (imaginaire) Société Paribas doit avoir en moyenne 1000 euros sur son compte courant à la fin de chaque journée pour le mois de Décembre. Arrivé à la fin du mois, il arrive souvent que certaines banques n'aient pas eu assez de liquidités sur leur compte courant pour satisfaire aux exigences de réserves obligatoires. Par exemple, Société Paribas peut n'avoir eu sur son compte courant que 990 euros en moyenne à la fin de chaque journée. Les banques dans cette situation n'auront d'autre choix que de se procurer des liquidités, même à des prix importants, pour satisfaire les exigences réglementaires (sous peine de sanctions). Elles seront donc prêtes à payer un prix relativement élevé aux autres banques pour emprunter des liquidités, par rapport au prix qu'elles étaient prêtent à payer en début de mois. Leur demande devient "urgente" et elles sont prêtent à accepter des taux plus élevés pour satisfaire les contraintes, alors que dans le même temps les autres banques sont moins enclines à prêter leurs liquidités.

Les taux élevés sur le marché interbancaire en fin de mois s'expliquent donc par le fait que les banques "retardataires" dans la constitution de leurs réserves paeront un prix élevé pour emprunter des liquidités aux autres banques, relativement plus élevés qu'en début de mois où la demande de liquidités pour satisfaire les contraintes réglementaires est moins urgente.

J.P.

  @JulienP_BSI

 

BSI Economics est un think tank de réflexion sur l'économie et la finance, créé en 2012, qui contribue à ouvrir et améliorer les débats en mettant au service des décideurs et des citoyens des réflexions indépendantes sur les nouvelles tendances économiques et financières.

BSI Economics met ses contributions multithématiques au service du débat public en sollicitant un réseau diversifié de collaborateurs composé de banquiers centraux, de régulateurs, de conjoncturistes, de chercheurs, de spécialistes sectoriels et de stratégistes en économie.

Dans la même catégorie :

Standard Post with Image

Copie de BSI Talks : Jérôme Powell à la tête de la FED VIDEO

Standard Post with Image

Le capital des banques centrales : comment est-il déterminé ? (Note)

Standard Post with Image

BSI Talks : Jérôme Powell à la tête de la FED VIDEO

Standard Post with Image

BSI Talks : Richard Thaler VIDEO