La "gaffe" étonnante de Mario Draghi

Flash BSI Economics 6 juin 2014:

Actualité :

- hier jeudi 6 juin se tenait la conférence de presse mensuelle de la BCE, où Mario Draghi a annoncé de nombreuses nouvelles mesures non conventionnelles pour combattre la déflation

- passée inaperçue ou non commentée chez beaucoup d'observateurs, Mario Draghi a fait une erreur surprenante lors de la séance questions/réponses, démentant formellement (à tort) un aspect de ce qui représente son programme clé jusqu'à aujourd'hui : l'OMT 

- bien que le Gouverneur ait corrigé son erreur 5 minutes plus tard, l'événement marque par sa singularité, dans un contexte où la communication est devenue l'arme numéro 1 des banquiers centraux

- cet événement tout aussi anodin soit-il laisse penser certains comme le Wall Street Journal (seul à avoir réagit à cette heure) que la BCE n'accorde plus beaucoup d'importance à l'OMT et n'a pas vraiment l'intention de l'utiliser, ce que beaucoup affirmaient. L'ambiguité constructrice de la BCE au sujet de ce programme qui pourrait s'avérer utile en cas de choc imprévu, pourrait ainsi peut-être s'en trouver légèrement altérée. Ce type d'événement, rare, et relevant (espérons) davantage de l'anecdote, ne devrait néanmoins pas porter trop préjudice au nouveau programme de la BCE qui sera en toute logique l'élément clé des prochains mois.

Il n'est pas rare d'entendre des politiciens démentir des propos qu'ils ont pourtant bien tenus. Dans le domaine de la politique, cela passe. Dans l'univers des banques centrales, cela est habituellement impensable. Ceci dans la mesure où les propos des banquiers centraux sont de nos jours le ciment de leur politique : la communication est l'arme numéro 1 dans le contexte actuel où les taux ont atteint le plancher 0. A ce jeu pourtant, Mario Draghi a fait une erreur qui peut sembler incroyable pour un banquier central lors de sa conférence de presse du jeudi 6 juin 2014: il a lui-même démenti les engagements qu'il avait pris deux ans plus tôt, ne se rendant compte seulement 5 minutes après de son erreur.

En septembre 2012, Mario Draghi annonce la mise en place de l'OMT (Outright Monetary transactions). Dans le cadre de ce programme, il indique que la BCE se tient prête à acheter de manière illimitée des obligations souveraines de certains pays de la zone euro. Il précise également que les liquidités injectées dans ce cadre seront entièrement stérilisées : lorsque la banque centrale fera ses achats, la monnaie injectée via l'opération sera instantanément retirée de l'économie. Cette opération, sur laquelle nous avions déjà exprimé certaines interrogations ici tout en expliquant les possibles modalités d'action, a pour but de rendre les achats d'actif « non inflationnistes ».

C'est donc pensant bien faire qu'un journaliste du Wall Street Journal demanda à Mario Draghi, qui venait d'annoncer la fin de la stérilisation du SMP (un autre programme d'achats d'actifs lancé en 2010 qui devait lui aussi être stérilisé selon les paroles de la BCE), s'il comptait aussi à terme remettre en cause la stérilisation de l'OMT, si ce dernier venait à être déclenché. La question est intéressante, et Mario Draghi la contourne futilement en disant que ces deux politiques n'ont rien à voir l'une avec l'autre. Or il oublie de répondre concernant la « stérilisation » des interventions. Un léger silence s'installe et le vice-président de la BCE souffle quelque chose à l'oreille de Mario Draghi, lequel déclare ensuite « le vice-président me précise que nous n'avions jamais dit que nous stériliserions l'OMT » (minute 28.20 de la vidéo ici). Court silence. Le journaliste gêné lui glisse un léger « I don't think so », qui malgré tout ne semble pas déclencher la moindre émotion chez Mario Draghi. Le banquier central continue alors la conférence de presse. Ce n'est que 6 minutes plus tard qu'il se rend compte de son erreur en déclarant (minute 34.40) « laissez-moi revenir sur ce que j'ai dit plus tôt (…) oui il y avait un engagement à la stérilisation de l'OMT », laissant la salle dans l'indifférence.

Si l'erreur est humaine, et Mario Draghi, bien que souvent comparé à Super Mario, est lui aussi humain, il n'en est pas moins que ce type d'erreur, relative au programme clé de la présidence Draghi jusque-là, est rare chez des banquiers centraux d'une telle importance. Comment Mario Draghi a-t-il pu oublier, en l'espace de quelques secondes, les modalités d'action de son programme phare au sein de la BCE, certes non encore déclenché mais dans la tête de tous les investisseurs ? L'erreur parait réellement impensable pour un banquier central de cette envergure. Cette erreur n'est pour autant pas dramatique dans la mesure où elle a été (heureusement) corrigée quelques minutes plus tard, et également parce qu'elle est relative à un programme qui demeure encore non enclenché de nos jours, et qui a été médiatiquement évincé par les mesures annoncées lors de la conférence de presse du jour même. Cependant, cette erreur peut tout de même laisser penser certains que l'OMT n'occupe pas vraiment les débats au sein de la BCE, et que Mario Draghi n'a pas réellement l'intention de mettre en œuvre ce programme. C'est ce que laisse entendre le Wall Street Journal qui publie également un article sur cet « oubli » de Mario Draghi disponible ici. Certes la BCE a annoncé de nouveaux instruments non conventionnels, mais il n'en reste pas moins que la crédibilité de l'OMT, qui a été souvent appelé le "bazooka" de la BCE, doit être préservé, ne serait-ce qu'en cas de détérioration brutale de la situation. Il ne faudrait pas que le "bazooka" se transforme en "pistolet à eau" en cas de choc imprévu.

Dans ce cadre, si cette « gaffe » est la première de Mario Draghi en conférence de presse, il faudrait mieux pour la BCE qu'elle soit également l'une des dernières. Peu de choses ne pourraient nuire davantage à la crédibilité du programme de la BCE qu'une succession de remarques sur les « gaffes » de son gouverneur, qui jusqu'ici d'après beaucoup d'observateurs remplit sa fonction avec un charisme et un professionnalisme digne de ses fonctions.

J.P.

Références:

Article du Wall Street Journal "Draghi finds it hard to remember what he's never done" disponible ici

Conférence vidéo : http://www.ecb.europa.eu/press/tvservices/webcast/html/webcast_140605.en.html

(L'évènement a lieu minute 28.20 ; la correction min 34.40)

Traduction écrite : http://www.bloomberg.com/news/2014-06-05/european-central-bank-president-draghi-news-conference-text-.html

La « gaffe » a lieu après la question de Brian Blackstone, Wall Street Journal. La correction a lieu après la question de Claire Jones, Financial Times.

Modalités d'action de l'OMT : http://etudes-economiques.credit-agricole.com/medias/EF12_31_FR_20120907_FD.pdf

BSI Economics est un think tank de réflexion sur l'économie et la finance, créé en 2012, qui contribue à ouvrir et améliorer les débats en mettant au service des décideurs et des citoyens des réflexions indépendantes sur les nouvelles tendances économiques et financières.

BSI Economics met ses contributions multithématiques au service du débat public en sollicitant un réseau diversifié de collaborateurs composé de banquiers centraux, de régulateurs, de conjoncturistes, de chercheurs, de spécialistes sectoriels et de stratégistes en économie.

Dans la même catégorie :

Standard Post with Image

L'architecture institutionnelle de la réglementation financière internationale (Policy Brief)

Standard Post with Image

Le franc suisse : toujours une valeur refuge ? (Policy Brief)

Standard Post with Image

BCE : Chronique d'une prolongation annoncée (Note)

Standard Post with Image

Ce que vous devez savoir sur le référendum italien (Note)