Crime et economie

Pour un non-initié, étudier la criminalité grâce à des outils économiques peut sembler déroutant : le banditisme est souvent associé à des comportements irrationnels, quand l'économie se consacre à l'étude de décisions rationnelles.

 
Pourtant, depuis (au moins) Platon (La République, Livre 2) et la fable de l'anneau de Gygès, on sait que la décision de s'adonner à une activité illégale (ou injuste dans la fable) dépend de la probabilité d'être arrêté, celle-ci étant elle-même une fonction des compétences d'un individu (de sa capacité à détourner la loi dans le texte de Platon[1]) ; s'engager dans une activité criminelle est donc le résultat d'un calcul coût avantage dans lequel un individu juge le gain potentiel (monétaire, psychologique, etc.) d'un crime face à son coût potentiel (une potentielle condamnation mais aussi le coût d'opportunité du crime). De même, si l'on suit Hans Magnus Enzensberger dans son livre Crime et Politique (1964), les décisions prisent par Al Capone et son syndicat du crime, peuvent être analysée comme celles d'une entreprise cherchant à acquérir un pouvoir de monopole sur son marché[2].
 
On peut multiplier les exemples et les analogies ; le point qu'il faut retenir est que les criminels agissent en fonctions de nombreuses forces et incitations tout à fait rationnelles. La science économique peut alors apporter son éclairage sur ce phénomène ; c'est chose faite depuis Gary Becker (1968) qui définis des gains et coûts de la criminalité et en déduit le niveau optimal de sécurité qu'une société devrait choisir.
 
La démarche n'est donc pas aussi absurde qu'elle peut le sembler. Mais quels sont réellement les enseignements qu'apporte la science économique sur la criminalité ? Ils sont vastes, mais en un mot, l'économie s'intéresse aux choix et aux interactions[3] quand les autres sciences s'intéressent aux profils et aux milieux. La criminologie, la psychologie ou la sociologie peuvent déterminer des facteurs qui incitent à commencer une carrière de criminel (en terme économique, qui vont déterminer les « préférences » d'un individu pour le crime), l'économie considère ces facteurs comme donnés et va s'intéresser aux choix. La différence peut sembler minime mais les conséquences ne le sont pas : lorsqu'on est capable de comprendre les choix des individus, il est alors possible d'estimer comment une population va réagir si l'on modifie les paramètres de ce choix (c'est-à-dire réaliser une analyse contre factuelle). Par exemple, il devient possible de quantifier le nombre de crimes supplémentaires commis si la pauvreté ou le chômage[4] augmentent, si les peines de prisons ou le nombre de policiers dans une région sont modifiés, etc. Un des intérêts premiers de l'approche économique du crime, est donc de permettre une analyse claire des politiques publiques visant à combattre la criminalité.
 
La suite de cet article est donc consacrée à l'analyse de quelques politiques  ou idées reçue pour réduire la criminalité en utilisant des raisonnements économiques et des analyses économétriques. L'objectif n'est pas ici l'exhaustivité, mais plutôt d'illustrer comment l'économiste peut aider à combattre le crime.
 
Augmenter les forces de police
 
La première politique à laquelle on peut penser est simplement d'augmenter les moyens et effectifs de police dans une zone particulière (les zones de sécurité prioritaire par exemple) ; si cela peut sembler naturel, rien ne garantit pourtant que cette mesure soit efficace. Pour cela, il faut que des renforts de police entrainent une diminution de la criminalité, et que cette diminution soit suffisamment grande pour que la mesure soit socialement efficace (que son bénéfice en termes de réduction de la criminalité soit supérieur à son coût).
 
Le fait que des renforts de police diminuent la criminalité parait intuitif, la théorie économique l'admet également volontiers[5] ; empiriquement, la question est beaucoup plus compliquée : les effectifs de police d'une ville étant fixés principalement en fonction de la criminalité dans cette ville, la corrélation entre les deux variables a de forte chance d'être positive (en termes techniques, il y a un problème d'endogénéité). On peut toutefois se rassurer, les études les plus récentes montrent que des renforts de police permettent effectivement de diminuer la criminalité. Ainsi, Stephen Machin et Olivier Marie (2005) ont montré qu'en Angleterre, la « Street Crime Initiative » avait permis d'éviter plus de 10 000 vols et qu'une livre sterling dépensée dans ce programme en avait rapporté entre quatre et demi et cinq (en terme de bénéfice monétaire par vol évité).
 
Par ailleurs, cette étude confirme une certaine « rigidité » de la criminalité : augmenter les forces de polices dans une zone, ne semble pas conduire les criminels à déménager dans une zone voisine. Ce résultat est important puisqu'il donne une certaine légitimité aux actions ciblées. Elles ont un impact réel sur le crime et ne se contentent pas de le déplacer[6].  
 
Le contrôle des armes
 
La facilité avec laquelle il est possible de se procurer une arme à feu  est souvent considérée comme ayant un impact direct sur la facilité de commettre des crimes, en particulier les homicides. Aussi, il semble tentant d'argumenter qu'un plus grand contrôle des armes à feu entrainerait une diminution du nombre de meurtres. C'est d'ailleurs le discours souvent entendu en France au lendemain d'une tuerie aux Etats-Unis. La réalité est en fait bien plus complexe à appréhender puisque les armes à feu servent à la fois de technologie offensive (qui permet de commettre des crimes), mais aussi de technologie défensive : on peut utiliser une arme lorsqu'on est attaqué et par ailleurs, certains criminels peuvent hésiter à commettre une agression, un cambriolage (etc.) sachant que leur victime peut-être armée.
 
Il faut alors séparer la population en deux catégories : les criminels (qui peuvent utiliser une arme soit offensivement, soit défensivement) et les non-criminels (utilisation uniquement défensive). Au moins à court terme un contrôle des ventes d'armes dans les zones où il existe déjà un stock important (les Etats-Unis par exemple) va probablement rendre la possession d'arme à feu plus difficile pour les non-criminels que les criminels (ces derniers obtiennent le plus souvent leurs armes au cours de cambriolage où en achetant des armes volées, ils seront donc touchés de manière indirecte par la mesure). Cette politique de contrôle va donc biaiser le ratio de possession des armes en faveur des criminels et encourager la criminalité ; c'est pourquoi les études théoriques et empiriques sur le sujet ne mettent pas en avant un contrôle des armes à feux pour réduire la criminalité ou les homicides (Kovandzic, Schaffer Kleck (2008), Ehrlich Saito (2010)).
Si le stock d'armes à feu disponible est initialement nul (ou presque), autoriser la vente libre des armes a par contre un effet néfaste. C'est une tautologie mais lorsque personne n'est armé, les criminels ne le sont pas non plus, le ratio de possession d'arme à feu entre criminels et non criminels est donc à son « second best ». La « meilleure situation » (ou « first best ») serait de distribuer des armes aux non-criminels quand les criminels seraient désarmés afin de les dissuader de commettre un crime. Evidemment, cette « meilleure situation » n'est pas possible car on ne peut distinguer à priori un criminel d'un non-criminel et il faudrait s'assurer que les armes possédées par les seconds ne soient pas à terme récupérés par les premiers. Le « second best » est donc la meilleure situation qu'il est possible d'atteindre.
   
Jouer sur les peines de prison
 
Un fait que la théorie du crime en tant que choix rationnel ne parvient pas encore à expliquer clairement, est la raison pour laquelle la sévérité des peines ne semble pas avoir d'influence sur la criminalité. Si les criminels pesaient le gain d'un crime contre son « coût espéré » (de manière approximative : la probabilité d'être condamné multipliée par la sévérité de la peine), alors plus le châtiment est sévère, moins les incitations à commettre des actes criminels sont grandes.  Pourtant, plusieurs études empiriques montrent que la probabilité d'être attrapé influe largement sur le crime quand la sévérité des peines n'en a presque aucun[7]. Au contraire, les criminels ayant déjà été condamnés ont une probabilité de commettre de nouveau un crime (c'est-à-dire le problème de la récidive) largement plus importante qu'un non criminel ; ils tendent par ailleurs à commettre de nouveaux crimes plus graves que les anciens. Ce constat est par ailleurs largement influencé par les conditions de détentions. Plus les conditions de détention sont dures, plus les condamnés ont de chance de récidiver et de commettre de nouveaux crimes plus graves (M. Keith Chen and Jesse M. Shapiro (2002)).
 
De nombreuses théories tentent d'expliquer ce fait en faisant appel par exemple aux transmissions de compétences en prison, au goût pour la violence que peuvent développer les criminels (à leur insu parfois) ; en raison d'une perte de repères ou d'une perte d'opportunités sur le marché du travail suite à un emprisonnement (le crime rapporte alors d'autant plus par rapport au travail légal), etc. Ces questions mériteraient un éclairage largement plus approfondi, mais ne seront pas analysées plus en détail.
 
Mais, puisqu'augmenter les peines de prisons ne diminue pas la criminalité, on peut être tenté de prôner la politique inverse : réduire au maximum l'emprisonnement afin de permettre aux criminels de mieux se réinsérer plus facilement, d'acquérir moins de « compétences », et aussi afin de diminuer le coût (non négligeable) pour la société des emprisonnements. Que penser de cette proposition ?
 
Il faut d'abord comprendre l'intérêt des peines de prisons telles qu'elles sont comprises par les économistes. Le but premier de la condamnation n'est pas de punir le criminel (d'ailleurs si les sanctions sont déterminées de façon optimale et qu'un crime est commis c'est que le crime était « profitable » pour la société[8]), mais de constituer une menace crédible pour que les crimes non profitables pour la société ne soient pas commis. Toutefois, en pratique, on sait très bien que des crimes socialement néfastes vont être commis ; c'est pourquoi une peine de prison peut avoir également pour but (secondaire) d'empêcher un individu de nuire pour la période durant laquelle il se trouve derrière les barreaux (voir par exemple Polinsky et Shavel (2007) pour une introduction à la théorie de « Optimal Deterrence » ou encore Miceli (2009) pour un modèle « d'incapacitation »). Une bonne politique doit donc prendre en considération ces deux objectifs.
 
Dans cette optique[9], Yeh (2010) propose une politique intéressante : que chaque peine (prononcée aux USA) soit divisée en deux périodes de temps égales ; la première passée en prison et la seconde passée en détention chez soi, avec un bracelet électronique[10]. L'idée générale est la suivante : la première partie de la peine est une réelle peine de prison, elle reste donc suffisamment dissuasive. La seconde partie permet une meilleure réadaptation à la vie civile, mais aussi une diminution drastique du coût pour la société d'un homme en prison.
 
Maintenant qu'en est-il du second aspect : l'incapacitation. Yeh s'appuie alors sur une étude menée par Padgett, Bales et Blomberg (2006) qui constate que 94,7% des porteurs de bracelet électronique respectent les termes de leur peine (ils ne commettent ni de nouveau crime ni ne violent les conditions de leur liberté surveillée). La conclusion de l'analyse coût bénéfice conduite par Yeh est édifiante : pour chaque dollar dépensé, l'Etat en économiserait plus de douze pour une valeur sociale des crimes évités de plus de 480 milliards. Enfin, Yeh précise que son étude n'internalise pas de nombreux coûts associés aux peines (par exemple la perte d'employabilité) ; le bénéfice réel pourrait donc être encore plus élevé.
 
Conclusion

Bien sûr, les trois politiques analysées ci-dessus ne peuvent être répliquées telles qu'elles. Quand bien même, répliquer ces politiques publiques exigerait bien plus de discussions et d'analyses. Elles permettent toutefois d'introduire comment des économistes grâce à la théorie de la décision, de l'économétrie et à l'analyse coûts bénéfices peuvent aider à mieux combattre le crime.

 

 

Notes

[1]La fable explore un cas limite : celui d'un criminel invisible ; la probabilité d'être arrêté ou jugé est (implicitement) fixée à zéro pour qui détient l'anneau de Gygès.

[2]Hans Magnus Enzensberger n'est toutefois pas un économiste et son analyse manque de précision. Son idée a toutefois été reprise par la suite et le crime organisé est maintenant étudié comme une industrie.
[3]L'étude des interactions entre criminels, victimes et polices est largement étudié au travers la théorie des jeux et sera peu discuté ici, le lecteur intéressé peut par exemple lire la revue de littérature par Bill McCarthy (2002).
[4]Il semble toutefois que la relation entre crimes et chômage soit globalement positive (par exemple Lee et Holoviak (2006)) mais pas aussi évidente qu'il le semble à première vue ; prenons l'exemple des cambriolages : une augmentation du chômage entraine une baisse des opportunités sur le marché du travail et donc augmente les incitations à se lancer dans des activités criminelles. Cependant d'après Allen (1996), une augmentation du chômage augmente le nombre de personne qui reste chez eux durant la journée, le cambriolage opportuniste est donc rendu plus difficile.
[5]L'analyse économique met toutefois également en garde contre les relations trop simples. Plus de renfort peut entrainer une baisse des « efforts » réalisés par des policiers déjà sur place. Ici le terme « effort » peut s'interpréter de différente manière: si l'objectif est de maintenir un niveau satisfaisant de criminalité, des renforts de polices permettent alors d'atteindre l'objectif avec moins d'effort par policier. Toutefois une interprétation « moins négative » est possible : si des renforts de polices permettent de diminuer les heures supplémentaires effectuées par chaque policier, alors avec plus d'effectif on obtiendra le même résultat sur la criminalité (seul le rythme de travail a changé). 
[6]Une action ciblée sur un certain type de criminalité (par exemple les vols, la délinquance, etc.) ne semble pas non plus entrainer les criminels à changer d'activité (du vol au trafic de drogue par exemple). Mais les actions ciblées n'ont pas non plus d'externalités : une campagne contre le vol n'aura pas (ou peu d'effet) sur les trafiquants de drogues par exemple.
[7]En fait, la théorie du choix rationnel n'est pas non plus totalement désarmée. Si un individu donne plus de poids au présent qu'au futur et s'intéresse à la « valeur présente nette » d'un crime, chaque année de prison supplémentaire aura moins d'impact que la précédente. Ainsi alourdir les peines ne peut avoir qu'un impact très marginal sur le nombre de crime commis.
[8]On peut illustrer ce fait avec les amendes pour limitation de vitesse. Rouler trop vite augmente la mortalité sur les routes et provoque donc un « dommage » pour la société. Mais il peut arriver que « monsieur tout le monde » ait un rendez-vous urgent qui lui demande de les violer. A l'optimum, il faut que ce monsieur viole les limites de vitesse si et seulement si le bénéfice qu'il retire d'arriver à l'heure à son rendez-vous est supérieur au dommage qu'il va infliger à la société en roulant trop vite. L'amende doit lui faire internaliser (prendre en compte dans ses calculs) le mal qu'il fait et non nécessairement lui faire renoncer à son action.
[9]Cette politique vise aussi à soulager la surpopulation carcérale.
[10]Dans les faits, personne ou presque ne passe l'intégralité de sa peine en prison. On observe toutefois un grand taux de récidive parmi ceux relâchés avant le terme de leur peine ; la surveillance par bracelet électronique si elle était généralisée comme le propose Yeh, permettrait donc d'éviter des coûts de détentions mais aussi d'empêcher des crimes.
 
Références
T. Kovandzic, M. Schaffer et G.Kleck, Estimating the causal effect of gun prevalence on homicides rates: a local average treatment effect approach, IZA discussion paper 2008.
Hans Magnus Enzensberger, Politique et Crime, 1964. Traduction française Edition Gallimard, 1967.
I.Ehrlich T.Saito, Taxing Guns VS. Taxing Crimes: an application of the market for offenses model, NBER working paper 2010.
S. Machin, O. Marie, Crime and Police Resources : the Street Crime Initiative, CEP Discussion Paper 2005.
G. Becker, Crime and Punishment: An Economic Approach, Journal of Political Economy, 1968
T. Miceli, Deterrence and Incapacitation: Towards a Unified Theory of Criminal Punishment, Working Paper 2009.
M.Polinsky, S. Shavell, The Theory of Public Enforcement of Law, Handbook of Law and Economics, vol 1, 2007.
K.g. Padgett, W.D. Bales, T.G. Blomberg, Under Surveillance: an empirical test of the effectiveness and consequences of electronic monitoring, Criminology and Public Policy, Vol5, Issue1, 2006.
S.S. Yeh, Cost-benefit analysis of reducing crime through electronic monitoring of parolee and probationers, Journal of Criminal Justice, vol 38, 2010.
D. Lee et S.J. Holoviak, Unemployment and crime : an empirical investigation, Applied Economics Letter, V13, 2006.
B. McCarthy, New Economics of Sociological Criminology, Annual Reviews of Sociology, 2002.
M. K. Chen, J. M. Shapiro, Does Prison Harden Inmates? A discontinuity-based Approach, Working paper, 2002.
 
Avatar

Diplômé de l'École d'Économie de Toulouse, Christophe est actuellement Maître de Conférences à l'Université de Bordeaux. Ses travaux portent sur les politiques publiques et le choix public, notamment au niveau local, l'économie urbaine et l'histoire économique. Ses domaines d'intérêts portent sur l'ensemble des politiques publiques.