La Minute BSI Economics : « Le choc actuel sera inférieur à celui de 2008 pour l'immobilier français » (Interview)

Arno Fontaine, économiste chez Natixis et BSI Economics, répond à 3 questions sur la crise liée à la pandémie de COVID-19.


BSI Economics - Quels seront les effets du choc actuel sur le marché immobilier français ?

Arno Fontaine - Le marché immobilier, comme les autres secteurs de l'économie, sera indéniablement impacté par la crise du coronavirus. Au-delà de la chute brutale des transactions qui sera observée au cours des 2 premiers trimestres de 2020 (mesures de confinement, arrêt du secteur de la construction), les ménages auront tendance à augmenter leur épargne de précaution diminuant de ce fait les investissements pour 2020 et 2021.

Néanmoins, au-delà de ces effets conjoncturels majeurs, la crise actuelle ne constituera pas un choc comme l'a été celui de 2008 pour le marché immobilier français. La diminution des investissements ne provoquera pas un phénomène de baisse durable des prix pendant plusieurs années et le marché immobilier pourrait même être considéré comme une valeur refuge pour les ménages, avec un rebond plus important qu'avant la crise. 


Dans quels secteurs devons-nous attendre le plus de destructions d'emploi ?

Certains secteurs sont durement touchés par la crise (transport, tourisme, divertissements). Ceux-ci vont devoir licencier un grand nombre de salariés jusqu'à la fin de la crise avant de redémarrer de manière assez rapide une fois les conditions établies. Ces secteurs sont en effet moins cycliques que l'industrie et le secteur primaire, pour qui la productivité va fortement diminuer dans les mois à venir en raison des obligations sanitaires de distanciation physique. Cela pèsera, à terme, sur leur chiffre d'affaire et sur les licenciements sur un temps plus long. 

Autre élément : la crise actuelle devrait accélérer la robotisation de certaines entreprises qui pourraient, à terme, détruire un certain nombre d'emplois. 

Quelle politique économique instaurer à la suite de la crise du coronavirus ?

Après la crise, les entreprises se seront fortement endettées et vont avoir besoin de mettre en place un certain nombre de plans d'économies budgétaires. Cela impliquera une baisse des investissements, une hausse du chômage et un effet boule de neige néfaste pour l'économie. 

Les gouvernements doivent donc soutenir la production des entreprises avec des mécanismes d'aides et de baisses d'impôts (par exemple impôt sur la production) ainsi que renforcer les politiques de l'emploi, et en particulier de l'emploi des jeunes. 

Sur un temps plus long, il faudra penser à des relocalisations d'industries stratégiques, à des politiques de verdissement de l'économie et à mieux penser des investissements vers des secteurs nécessaires pour le long terme (santé, environnement, formation et éducation, etc.). 

Diplômé de Paris II Panthéon Assas et de Sciences Po Grenoble, Arno Fontaine travaille au bureau de l'Agence Française de Développement à Jakarta en Indonésie. Il est en charge de l'instruction et du suivi des projets liés à la gouvernance économique et financière, en lien avec les différentes autorités du pays. Il s'occupait auparavant de la recherche économique pour la France au sein de Natixis et dispensait des cours d'économie générale au sein de l'Institut Supérieur de Gestion. Ses domaines d'intérêt portent sur la politique monétaire, sur les politiques structurelles et sur les économies en développement.

Dans la même catégorie :

Standard Post with Image

Comment améliorer les paiements pour les services environnementaux pour protéger la biodiversité ? (Note)

Standard Post with Image

La révolution du prix du carbone est en marche, du moins en Europe ! (Note)

Standard Post with Image

La Minute BSI Economics : « le risque souverain devrait s'accroitre dans les pays émergents » (Interview)

Standard Post with Image

Copie de Préparer la guerre pour avoir la paix ? Les limites d'une doctrine dans le cas des territoires non-gouvernés (Recherche du mois)