Le Grand Paris : quels effets macroéconomiques espérés ? (Policy Brief)

Utilité : Cet article a pour finalité d'analyserles principaux effets macroéconomiques attendus du Grand Paris pour les agents économiques, notamment de comprendre comment ce projet s'étalant sur vingt ans et mobilisant près de 22 milliards d'euros rendrait l'Ile-de-France plus attractive.

                                                                                                            

Résumé :

  • Le Grand Paris favorise le développement des concentrations stratégiques de firmes (cluster) renforçant l'attractivité de la métropole et redynamisant ainsi sa croissance ;
  • Le Grand Paris Express, véritable colonne vertébrale de ce projet, encourage les interactions entre ces clusters et la création d'emplois et de logements ;
  • L'amélioration du réseau de transport permettrait une meilleure allocation de l'emploi et des prix du logement sur tout le territoire.

 

Annoncé en 2007 lors du discours de l'ancien Président Nicolas Sarkozy, le Grand Paris est motivé par l'intégration progressive des villes de la banlieue parisienne pour former une métropole à rayonnement international. La loi du 3 juin 2010 fixe les principaux objectifs et cherche notamment à renforcer l'attractivité de la capitale pour concurrencer les autres métropoles mondiales comme Londres ou Tokyo et à soutenir une croissance à la fois solidaire et durable.

Définie en janvier 2016, la métropole regroupant désormais la capitale et 130 communes contribue pour près de 30 % du PIB national et 23 % des emplois selon l'Insee. Redynamiser les pôles de compétitivité, notamment ceux de la métropole serait donc décisif à la nation pour relancer la croissance économique, qui à ce jour stagne au-dessous de 2 %. Pour ce faire, les décideurs politiques se reposent notamment sur le développement du réseau de transports, le Grand Paris Express (GPE). Trois effets macroéconomiques majeurs de ce projet ont été retenus et seront analysés.

Source : Grand Paris JLL, Société du Grand Paris, infographie BSI Economics

 

 

L'attractivité du Grand Paris dynamisé par les clusters dont les interactions sont facilitées par le GPE  

L'environnement dans lequel les entreprises d'Ile-de-France évoluent est relatif à leur expansion et à l'attractivité de la capitale. Dans les années 1990, l'économiste Porter le souligne en introduisant la notion de cluster. Les clusters concentrent géographiquement des sociétés et des institutions de recherche d'une même industrie. Ce regroupement d'activités favorise l'accès à l'information, à la technologie et à des employés spécialisés déjà existants. La concurrence se repose sur la productivité des entreprises, sur le degré de sophistication des outils, des méthodes ou des technologies utilisées. Or cette sophistication est particulièrement liée à l'environnement dans laquelle l'entreprise évolue. Plus l'environnement est propice à l'emploi de personnes qualifiées, plus l'entreprise pourra développer sa compétitivité sur des produits ou services plus complexes. C'est en ce sens que les clusters améliorent la productivité des entreprises. Ils permettent ainsi à un pays de se spécialiser dans ces industries à forte productivité, améliorant l'avantage comparatif et l'attractivité du pays.

C'est dans cette optique que le secrétaire d'Etat de l'époque Christian Blanc, en charge de ce projet, identifie sept pôles économiques stratégiques :

  • La Défense, le pôle de la finance regroupe près de 2 500 entreprises dont 1 500 sièges sociaux ;
  • Le Bourget, le pôle aéronautique regroupe l'aéroport du Bourget, leader en Europe pour l'aviation d'affaires, le Salon et le Parc des Expositions ;
  • Pleyel, le pôle de création ;
  • La Cité Descartes, pôle de la ville durable rassemble 142000 emplois et déploie des technologies au service du développement urbain durable ;
  • Roissy Charles de Gaulle et Orly, le pôle des échanges internationaux et évènements où près de 170 000 employés travaillent. Plus de 70 millions de passagers ont été accueillis en 2018 ;
  • Paris Biotech Vallée, le pôle de santé situé à Villejuif/Evry abrite 21 laboratoires de recherche et plus de 70 entreprises du domaine de la santé ;
  • Paris- Saclay, le pôle innovation et recherche regroupe actuellement 15 % de la recherche française et emploie près de 8 % de la population active de la région. La concentration des universités et grandes écoles dans ce pôle incite les grandes entreprises à y développer leur centre de R&D.

Les sept clusters du Grand Paris reliés par le GPE

Source : Le Figaro, infographie, les 7 pôles du Grand Paris

Les interactions de ces économies d'agglomération sont d'autant plus favorisées par le Grand Paris Express, un réseau de 200 km supplémentaire constituant également un levier d'attractivité régionale et nationale. A l'initiative du Société du Grand Paris, le LIEPP (Laboratoire interdisciplinaire d'évaluation des politiques publiques) de Sciences Po montre que le développement du réseau de transports a un effet positif sur l'attractivité des villes dans les choix de localisation des multinationales. Cette attractivité est mesurée par le nombre de projets d'investissements directs étrangers (IDE). Les résultats révèlent que les villes disposant d'un métro attirent davantage d'IDE. Dans le cas du GPE, en partant du fait qu'il doublerait la taille du métro, l'étude suggère qu'il conduirait à une augmentation entre 10 à 20 % du nombre de projets, soit environ une hausse annuelle de 17 projets par an.  

Le Grand Paris Express permettrait donc à l'Ile-de-France mais également à la France d'être davantage attractives en améliorant les échanges entre les principaux pôles de compétitivité. A l'heure actuelle, placée la 7ème du classement des villes les plus attractives et avec 220 km de réseau, la métropole attire 1 461 projets contre 3 149 pour Londres dont le réseau fait le double.

Premier pôle de R&D en Europe, ce secteur est un atout majeur pour rivaliser avec les autres métropoles mondiales et renforcer l'attractivité de la France. Les projets d'investissement de l'Ile-de-France se concentrent principalement dans la R&D et l'implantation des centres de décision des groupes multinationaux. La création de clusters, cette proximité renforcée entre les entreprises et la recherche universitaire par le GPE est particulièrement propice au développement et l'implantation de nouveaux centres de recherche et rend la métropole plus attractive. En 2018, la région a attiré près de 31 % des investissements dans ces activités à l'échelle nationale, selon Business France. Les activités des centres de décisions renforcent cette attractivité en favorisant la création de laboratoire de R&D sur le même territoire : la métropole accueille à ce jour 62 % de ces investissements.

Outre les projets d'investissements qui se concentrent dans ces pôles, ils constituent également une source de création d'emploi. La R&D bénéficie d'une évolution croissante de l'emploi, respectivement de 22 % entre 2017-2018, selon Business France. Bien que la croissance du taux d'emploi stagne, les centres de décisions, représentent 14 % des emplois issus des projets d'investissement.

 

Les ménages :  de nouveaux emplois et un marché de l'immobilier redessiné

En tenant également compte des emplois directs (dans les chantiers du GPE) et indirects (comme l'implantation des firmes multinationales) liés au GPE, la Société du Grand Paris estime la création de 115 000 d'emplois d'ici 2030. Au-delà de la création de postes supplémentaires stimulés par le développement de ces clusters, le nouveau réseau de transport influence directement le choix de logement et le lieu de travail des ménages. Jusqu'ici, de fortes disparités entre les communes ont été observées, à travers la concentration des emplois au centre ou encore des prix élevés de l'immobilier.

Concentration des emplois à Paris et au niveau de la petite couronne (Seine Saint-Denis, Hauts-de-Seine, Val-de-Marne), représentation de la densité d'emploi en 3 dimensions

Source :  Impact du Grand Paris Express sur le marché du travail et le marché du logement, 2017, LIEPP Sciences Po

Répartition de l'emploi en Ile-de-France

PC : petite couronne / GC : grande couronne

Sources : Insee, BSI Economics

Jusqu'à présent, l'emploi a tendance à se délocaliser au niveau de la petite couronne au détriment de Paris, et plus récemment de la grande couronne. Le développement du réseau de transport pourrait harmoniser cette répartition et exploiter au mieux le territoire. Le GPE limiterait le temps de transport des ménages et les inciterait alors à rejoindre les pôles de compétitivité, source d'emplois.

C'est dans une étude similaire pour la SGP que les chercheurs de LIEPP se penchent sur les impacts produits par le GPE sur l'emploi et le marché de l'immobilier. Le résultat principal retenu est une baisse de 3 % du coût de transport mesuré par la pénibilité des usagers, le temps passé et le prix du billet grâce au projet d'extension du métro.

A court terme, le GPE peut effectivement corriger les disparités en permettant aux ménages de s'éloigner du centre tout en améliorant leur bien-être par la réduction de leur temps de trajet et de bénéficier des loyers à plus bas coûts. 

Toutefois à moyen/long terme, ces effets sont incorporés dans le prix du logement. Au fur et à mesure que les pôles économiques deviennent plus attractifs, d'un côté davantage d'emplois sont créés mais de l'autre, les logements qui permettent les meilleurs gains de temps de trajets deviennent plus coûteux. La création de nouveaux logements pourrait alors limiter cette hausse des prix : le Grand Paris s'est ainsi fixé l'objectif de créer 70 000 logements par an à horizon 2030.

 

Conclusion

La contribution de la métropole à la croissance nationale étant importante, redynamiser ce territoire devient une priorité pour les décideurs politiques. La création des concentrations stratégiques d'activités et de lignes de métros supplémentaires rendent la région plus attractive pour les firmes, pour les investisseurs et les ménages. La mise en place de ces nouvelles infrastructures est également propice aux évènements à portée internationale comme les Jeux Olympiques en 2024 ou l'Exposition Universelle en 2025 qui participent au rayonnement de la ville lumière et de ses alentours.

 

 

 

Bibliographie :

Clusters and the New Economics of Competition, 1998, Michael Porter

Impact du Grand Paris Express sur le marché du travail et le marché du logement, 2017, LIEPP Science Po

Impact du Grand Express sur la localisation des investissements directs étrangers, 2017, LIEPP Science Po

Le Grand Paris Express, Investissement pour le XXIe siècle, 2015, Société du Grand Paris

Analyse de la diversité des effets de diffusion du Grand Paris Express sur les territoires franciliens, 2018, Carré, Levratto, Ngudam Ntouko, SGP

Synthèse régionale, L'activite? francilienne perd de son e?lan, mais reste globalement bien oriente?e en fin d'anne?e, Conjoncture Ile-de-France, Insee

Estimations d'emploi en 2017 réactualisées le 24/04/2019, Insee Résultats

Avatar

Diplômée de l'Université Paris-Dauphine en Economie et Ingénierie financière et en Finance parcours Assurance et Gestion du Risque, Evelyne Banh est actuellement analyste en Fixed Income Research à Lyxor Asset Management. Elle a auparavant travaillé au sein du service économique régional de la DG Trésor à Singapour et à Euler Hermes. Ses intérêts portent sur les politiques monétaires et budgétaires ainsi que les enjeux économiques relatifs à l'Asie.